Helvetica Now or never !

Pour la première fois en 35 ans, Monotype a révisé la police de caractères la plus utilisée au monde

On ne présente plus Helvetica. Monument typographique en usage depuis 60 ans, acclamée pour sa neutralité, cette typo qui se fait discrète au profit de son propos avait été pensée en 1957 pour la signalétique. Basée sur l’Akzidenz-Grotesk, typographie linéale de 1896, ses créateurs se sont attachés à en faire la plus ordonnée des polices : régularité des caractères, grande symétrie et constance des épaisseurs. 

25 ans plus tard, Helvetica est repensée pour les écrans et devient Helvetica Neue, sa version la plus universelle, utilisée dans le monde entier dans de très nombreuses applications allant des logos les plus célèbres à l’identité visuelle de gouvernements ou encore à la signalétique des transports en commun. 

 

Lors de son passage au numérique, les tailles optiques d’Helvetica ont néanmoins perdu en précision, et les variantes de certains caractères prévues dans sa première version ont été délaissées. Aussi robuste soit-elle, Helvetica Neue est un produit de son époque, celle des imprimantes laser basse résolution, et il lui manquait la grâce et la finesse des itérations qui la précédaient. Elle était notamment mise à rude épreuve en micro-typographie : en raison de sa compacité et de l’étroitesse de ses ouvertures, elle était difficilement lisible en dessous de 8 points. 

Helvetica Neue est sans cesse bousculée, taillée, contournée par les designers, habitués à jouer avec l’espacement et le crénage, modifier la position et la taille de la ponctuation et tailler des morceaux ici et là pour aboutir à des compositions satisfaisantes. Google, Apple, Netflix ou IBM, qui l’employaient, ont fini par développer en interne des polices ressemblantes pour une plus grande polyvalence. 

 

 

Monotype, qui détient les droits d’Helvetica, a étudié les façons dont elle avait été utilisée ces 35 dernières années pour la réviser en profondeur, en mettant l’accent sur l’optimisation pour les petites tailles. L’agence a consacré 5 ans de recherche pour remanier chaque caractère et aboutir à Helvetica Now, qui conserve la simplicité et la clarté intemporelles de sa version antérieure tout en retrouvant l’élégance de la toute première Helvetica. La refonte comprend 3 tailles optiques : Micro, Display et Text, et présente des améliorations au niveau des formes, des espacements et des fonctions. 

 

Les 3 tailles optiques d’Helvetica Now : Text, Micro et Display. 

 

Helvetica Now Micro comble les lacunes en micro-typographie avec des ouvertures plus grandes, un espacement plus ouvert, des caractères plus larges, des accents plus grands, une hauteur d’x augmentée et des ajustements optiques pour les caractères complexes comme le « £ » et le « @ ». Helvetica Now Display comporte une gamme de graisses plus large et des glyphes plus raffinés. Et entre Micro et Display se trouve Helvetica Now Text. Avec un espacement et un crénage soigneusement étudiés, Helvetica Now Text est un véritable plaisir à la lecture, désormais adapté à des environnements ultra riches en informations. Chaque lettre, chiffre et symbole du jeu de caractères a été révisé pour en améliorer la lisibilité. Chaque graisse et taille optique a été enrichie d’une série de nouveaux glyphes spéciaux, notamment une suite complète de flèches, ainsi que des glyphes clés comme le a rond. 

 

Certains des caractères alternatifs réintroduits dans Helvetica Now. 

 

Avec un impressionnant total de 40 000 caractères créés ou refondus, Helvetica Now s’enrichit d’une palette de nuances adaptée aux besoins de son temps. Cette nouvelle version retrouve l’essence de la première Helvetica, amoindrie par son virage au numérique, tout en étant capable d’assumer n’importe quelle application. C’est la police de caractères que Max Miedinger et Eduard Hoffmann auraient conçue en 1957 s’ils avaient connu l’impression offset, les petits écrans, les navigateurs, les outils de conception numérique et le design d’interfaces. Fonctionnant aussi bien dans le slogan d’une affiche publicitaire de 50 mètres de haut comme en microtypes ultra-lisibles sur une application aux multiples niveaux d’information, sur tout type d’écran haute résolution, la police utilisée par tout le monde peut désormais tout faire. 

Journal Erratum
Suivant
Errratum